Hakuna Matata

Un mois presque en Corse avec mon DF 35 Ultimate dénommé Hakuna Matata.

Mouillages de rêves et … là je suis pas gentil pour certains , il a fait très beau et très chaud avec une eau transparente et autour de 20 à 25 degrés …quand même

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traversée sans problème à l’aller comme au retour. Au retour pour la première fois je suis parti de Calvi vers 4 h du matin (toutes les autres fois, je partais toujours vers 20h pour une traversée de nuit ) et bien c’est beaucoup mieux et moins fatigant : des gens pour discuter, au lieu des interminables quarts de nuit, plus de vent (la nuit en méditerranée c’est souvent pétole) et de plus vers 6 ou 7 h du matin à 20 miles des côtes de Corse , là où on voit le plus souvent plein d’ animaux marins ( cette année énormément de dauphins et même quelques requins mais pas vu de baleines cette fois)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons fait toute la Corse malgré des périodes bloquées au mouillage pour cause de baston (2 jours à Ajaccio car 6 à 8 mètres de creux dehors ….brrrr….) et bloqué aussi deux jours sur l’est de la Corse car les bouches de Bonifaccio étaient impraticables (en tout cas pour le petit équipage qu’on était). Ca y souffle très fort là bas souvent.

Au retour de Corse, trois beaux passagers clandestins : trois grosses et belles libellules … qui nous ont accompagnées tous le long du retour … rigolo pour un Dragonfly

Sur la photo elle mange un moustique si vous regardez bien …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seuls problèmes de l’été : panne de girouette et bout de dérive cassé : rien de bien grave

(à ce propos , ma dérive est très dure à descendre , winch à la petite vitesse obligatoire, je ne sais pas si c’est normal et cela explique peut être que le bout ait fini par casser ?)

Sinon, je suis toujours aussi content de son comportement dans la mer formée (on est notamment reparti avec une météo pas terrible et pas mal de vent et de mer mais rien d’insurmontable). Contrairement aux monocoques,  il surfe au dessus des vagues et semble vraiment ne pas souffrir si on prend le soin d’abattre un peu et de ne pas faire trop de près serré …

Ah j’oubliais , aussi une bonne ambiance entre amis comme toujours et le tout avec un excellent cuisto et bien-sûr .. bien arrosé.

 

Nb : Pour les périodes de rush, la tente Queshua sur le trampoline c’est parfait !

 

A bientôt les « dragonflyistes »